Escale à Santa Marta, sur la côte Caribéenne

Escale à Santa Marta, sur la côte Caribéenne

Escale à Santa Marta

Départ avec le 1er vol du jour à 5h40 (le réveil aurait pu être douloureux, mais comme on est à Bogota,  on se couche pas, on va danser sur des airs de salsa ou raggaeton, puis de là à l’aéroport sans transition). Départ à l’heure mais sans chichi avec la compagnie low cost Viva Colombia pour Santa Marta, une petite station balnéaire tout au nord de la Colombie.

Depuis le bus local ultra bondé on aperçoit déjà la côte Caraïbeenne d’un côté et les montagnes de la Sierra Nevada de l’autre jusqu’à la petite ville se Santa Marta. Une jolie église, quelques places, parcs et rues animés de spectacles de rue, de danses en tous genre et de scènes de vie quotidienne. Quelques jolies façades colorées et des peintures murales viennent égayer cette ville qui reste authentique bien qu’accueillant de nombreux touristes. Le point positif est que l’on y trouve quelques bons restaurants animés et à la cuisine moderne et savoureuse tels que Ouzo, Ikaro (superbes glaces et pains maison) ou Lulo (délicieuse pita Californiana, Arepa…)

Peu de choses à faire dans cette localité qui est le point de départ pour le parc national de Tayrona connu pour ses magnifiques plages et ses belles randonnées) ou la fameuse Ciudad Perdida (cité pré-colombienne perdue dans la jungle et accessible via un trek de 4 jours minimum A/R).
Ma venue sur la côte était principalement motivée par le parc Tayrona mais j’ai eu la mauvaise surprise de le voir fermé pour un mois à mon arrivée, le temps pour les communautés locales d’effectuer un nettoyage spirituel du parc, probablement jugé « corrompu » par le présence d’un tourisme de masse dans ce parc naturel qui draine un nombre impressionnant de touristes.

Je profite donc de ce contretemps avant mon départ pour la Guajira pour faire deux plongées dans la baie. Les prix défient toute concurrence (150 000 pesos les 2 plongées, soit 42 euros) mais on comprend pourquoi: le bateau reste très près de la côte portuaire, un peu trop à mon goût…
Pour autant quelques beaux coraux et poissons sont dans la baie, mais il ne s’agit pas du meilleur spot de plongée des Caraïbes, et cela ne me laissera pas un souvenir impérissable, d’autant que mes attentes sont fortes depuis les dernières plongées sur la grande Barrière de Corail Australienne…

Je passe néanmoins un bon moment dans cette petite ville grâce aux belles rencontres que j’effectue dans l’auberge de jeunesse Fatima Beach Hostel où je reste pendant 2 jours: personnel adorable, musique live et karaoké mémorable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *